COMMENT ET POURQUOI LE SCEAU DE DIEU VOUS GARANTIE LA VIE ETERNELLE?

359
Published on December 26, 2020 by

Comment et pourquoi sommes-nous scellés par Dieu? Dans cet enseignement, l’evangeliste Fabrice elabore sur le sceau de l’Évangile, qui est le sceau du salut en Christ.

Éphésiens 1:13-14: « En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Évangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés [grec: esphragisthēte][1] du Saint Esprit qui avait été promis, lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, à la louange de sa gloire ».

2 Cor. 1:22; Rom. 8.16, 23, 24
2 Corinthiens 1.22, où le scellement et la garantie sont réunis, et dans 2 Corinthiens 5.5, où toute cette activité est attribuée à Dieu, qui « nous a donné l’Esprit comme gage, garantissant ce qui est à venir. »
Cela nous amène au deuxième passage sur le premier sceau de Dieu. Ici, Paul met en garde les croyants sur leur relation avec le Saint-Esprit en leur disant: « Et n’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, avec qui vous avez été scellés [Grec: esphragisthēte] pour le jour de la rédemption » (Éphésiens 4:30)[3].

ici, l’expression grecque ne se produit que deux fois dans le Nouveau Testament: dans Ephésiens 1.13 – et toujours en relation avec la croyance en Christ. Notez que dans la vie d’un croyant, l’affirmation de Paul du scellement par le Saint-Esprit, dans les deux textes, est un événement passé : « vous avez été scellés ». Les croyants en Christ sont deja scellés par le Saint-Esprit pour l’événement eschatologique de la rédemption totale.

Paul exhorte donc les chrétiens à maintenir leur sceau par une vie obéissante en Christ, ce qui est pour lui, une foi (salvatrice) vivante. Le scellement est le don (la signature de Dieu : sa réponse à notre réponse à son amour et à son abandon. Les croyants ont déjà le Saint-Esprit, et pour cette raison, ils ne devraient pas le décevoir et l’attrister par de mauvaises actions et une mauvaise conduite : « Que toute amertume, toute fureur, toute colère, tout éclat de voix, toute calomnie et toute forme de méchanceté disparaissent du milieu de vous ». « Que l’immoralité sexuelle, l’impureté sous toutes ses formes ou la soif de posséder ne soient même pas mentionnées parmi vous, comme il convient à des saints. » (Éphésiens 4.31; 5.3). Ils devraient être des « imitateurs de Dieu », suivant son exemple « comme des enfants bien-aimés », et marcher avec amour (Éphésiens 5.1, 2).

L’avertissement de Paul aux croyants de ne pas « attrister le Saint-Esprit de Dieu » (Éphésiens 4.30) est un appel direct : n’agissez pas comme le peuple de Dieu dans le passé (voir l’appel presqu’identique d’Ésaïe dans Ésaïe 63.10). Nous avons le Saint-Esprit et devons rester dans une bonne relation avec Lui, en accomplissant la volonté de Dieu. Pourquoi vivre contrairement à Celui dont nous portons le sceau de propriété ? Pourquoi mettre notre destinée éternelle en danger ?

Le scellement est un:

  1. (1) un signe ou une preuve d’authenticité ;
  2. (2) un signe de propriété ; et
  3. (3) un signe d’approbation.

En scellant, Dieu proclame que nous lui appartenons ; nous sommes les siens ; Il approuve et accepte notre foi afin que nous puissions grandir en Lui ; et Il nous aidera à vivre une vie authentique d’amour, de foi et d’espérance (2 Corinthiens 13.14; 2 Pierre 3.18). Toutes ces nuances sont pertinentes pour que Dieu scelle ceux qui croient en lui. En tant que signe de propriété, le scellement indique l’appartenance à un produit, ainsi que son approbation. Cela donne un sentiment de validité et d’authenticité : « Or, celui qui nous affermit avec vous en Christ et qui nous a consacrés par son onction, c’est Dieu ; il nous a aussi marqués de son empreinte et a mis l’Esprit comme un gage dans notre cœur » (2 Corinthiens 1.21, 22). « Et celui qui nous a préparés pour cela, c’est Dieu, qui nous a donné le gage de l’Esprit » (2 Corinthiens 5.5). La possession est considérée comme la possession de Dieu de son peuple, et non de sa possession du salut (Éphésiens 1.14; voir aussi Malachie 3.17).

Le « vous » dans Éphésiens 1.13 et 2.11 fait référence aux croyants en Christ. Par leur union avec Christ, ils lui appartiennent et le Saint-Esprit met son sceau sur eux afin d’affirmer la nouvelle relation. Il n’y a pas d’incertitude quant au salut car le Saint-Esprit est le garant de cette expérience (cf. Jean 5.24 et Éphésiens 2.4-10). Ayant cru, ils sont scellés par l’Esprit pour le jour de la rédemption. Il est significatif que le scellement par l’Esprit soit mentionné dans les deux parties d’Ephésiens. Dans la première partie (chapitres 1 à 3), qui est plus doctrinale, Paul présente l’indicatif de l’Évangile, ou racine de notre salut, et nous rappelle notre appel et la richesse de la grâce de Dieu. Dans la deuxième partie (chapitres 4 à 6), Paul décrit les conséquences et les exigences d’une vie sauvée, à savoir l’impératif de l’Évangile et le comportement éthique, exhortant les disciples du Christ à vivre d’une manière appropriée à leur appel.
Aucun de nous ne peut se sceller. Le scellement est pour nous l’action de Dieu dans laquelle il n’y a pas de « mais » ou de « peut-être ». En restant en Christ, nous avons cette assurance de salut.

2 TIMOTHÉE 2.19 – BDS

Cependant, le solide fondement posé par Dieu demeure ; il porte, en guise de sceau, les inscriptions suivantes : Le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent et « Qu’il se détourne du mal, celui qui affirme qu’il appartient au Seigneur ».

  1. LE SCEAU DU SALUT EN CHRIST

JEAN 6.27

« […] c’est lui [Christ] que le Père, Dieu lui-même, a marqué de son empreinte ».

ÉPHÉSIENS 1:13-14:

« En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Évangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés [grec: esphragisthēte] du Saint Esprit qui avait été promis, lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, à la louange de sa gloire ». 

ROM. 8.16

16 L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants (scellés) de Dieu.

2 CORINTHIENS 5.5

Et celui qui nous a formés pour cela, c’est Dieu, qui nous a donné les arrhes (gage et avant-goût) de l’Esprit.

ÉPHÉSIENS 4:30 (ÉSAÏE 63.10)

« Et n’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, avec qui vous avez été scellés [Grec: esphragisthēte] pour le jour de la rédemption 

2 CORINTHIENS 1.21, 22

« Or, celui qui nous affermit avec vous en Christ et qui nous a consacrés par son onction, c’est Dieu; il nous a aussi marqués de son empreinte et a mis l’Esprit comme un gage dans notre cœur ».

Category Tag

Add your comment

Your email address will not be published.